Travail de rue avec
les personnes sans-abri
Appelez-nous
(c) Gaëtan Chekaiban

Roms

Depuis 2003, notre médiatrice interculturelle Rom, nous aide à dépasser la barrière de la langue et la barrière culturelle pour nous permettre de travailler à l'inclusion sociale de ce public dans la société belge.

Daniela Novac, Rom d'origine roumaine, travaille avec sa communauté d’origine.

L’intégralité de son travail se déroule dans les rues de Bruxelles et sur les terrains de vie des personnes sans-abri d’origine Rom : à domicile, dans un squat, à l’hôpital, dans un service, etc.

La première étape consiste à repérer ces personnes, à remarquer leur présence à l’endroit qu’elles ont l’habitude de fréquenter et à aller à leur rencontre. Il s’agit d’entrer en contact, de faire connaissance et de se présenter. Généralement, dès l’entame de la relation d’aide, les personnes expriment des demandes concernant des besoins urgents :

1) un accompagnement afin d’obtenir une carte médicale au CPAS - cette carte ouvre le droit à des soins médicaux pris en charge par l’Etat et représente le seul droit ouvert à tous sans qu’il soit nécessaire pour y prétendre de disposer d’un titre de séjour. La démarche consistant à demander la carte médicale est compliquée pour une personne qui ne parle pas une des langues nationales de notre pays et qui ne connaît pas le fonctionnement des services tels que le CPAS.

2) des informations et un accompagnement afin d’introduire une demande de régularisation sur base de l’article 9 TER (c’est-à-dire sur base médicale). Cette procédure est réservée aux personnes très malades - elles seulement ont une chance de la voir aboutir. Outre posséder une adresse fixe, la personne qui souhaite prétendre à une régularisation sur base médicale doit avoir un médecin traitant en Belgique (ce qui n’est souvent pas le cas). Ce médecin doit compléter un formulaire-type, tandis qu’un avocat pris en Pro Deo introduira la demande auprès de l’Office des Etrangers. Variable, le délai d’attente pour l’obtention d’une réponse est souvent très long ; il peut courir de plusieurs mois à au-delà d’une année. Durant ce laps de temps, la personne n’a droit à aucun revenu.

3) un accompagnement vers un médecin, souvent pour des consultations médicales urgentes pour les enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes.

4) des informations et un accompagnement concernant l’insertion en général, à tous les niveaux : quels sont les droits accessibles aux nationalités européennes ? Comment fonctionne le système social belge ? Comment accéder à l’emploi ou à des formations ? Où trouver des cours de français ? Comment inscrire les enfants à l’école ? Etc.  

Dans le cadre de son travail, Daniela fait également de la médiation scolaire, des traductions, un travail d’information sur la culture belge, …

Outre ce travail de terrain en lien direct avec le public, Daniela diffuse dans l’équipe une meilleure compréhension de la vie des personnes Roms et des problèmes rencontrés par ces dernières, tant dans leurs pays d’origine qu’en Belgique. Ce qui nous donne la possibilité de répondre de façon plus nuancée et approfondie aux tiers qui nous interpellent. Elle participe également à des débats et à des conférences sur la situation des roms; tant au niveau local et national qu'au niveau européen. Elle intervient aussi dans des formations multiculturelles au CBAI - Centre Bruxellois d’Action Interculturelle.