Travail de rue avec
les personnes sans-abri
Appelez-nous
Personne sans-abri dormant sur un matelas sur le trottoir
@Wilco Bosems

Stratégie nationale pour l'inclusion des Roms

45 recommandations politiques (septembre 2021)

Pour le développement d'une stratégie nationale pour l'inclusion des Roms dans notre société, nous avons formulé quelques recommandations destinées à alimenter la réflexion politique à ce sujet. Les voici, réparties en 8 catégories...

Recommandations générales pour l'inclusion des Roms

 

RECOMMANDATION 1 : Construire une Union Européenne Sociale : portabilités des droits  entre États membres, système de soutien financier (type RIS) permettant la prise en charge par un État membre de ses ressortissants en situations de vulnérabilité dans un autre pays...

RECOMMANDATION 2 : Au niveau national, toute politique qui aborde le phénomène des familles roms en rue et de la mendicité dans l’espace public, doit absolument s’intégrer dans un programme global de lutte contre la précarité.

RECOMMANDATION 3 : En ce qui concerne l’effectivité des droits, respecter 3 principes de base : 

  1. Automatisation des droits : droits d’abord, vérification ensuite. Postulat de confiance plutôt que de méfiance.
  2. Individualisation des droits. Ne pas sanctionner financièrement les mécanismes de solidarité se mettant en place entre les personnes vivant en situation de grande précarité.
  3. Universalité des droits.  Accès aux droits de base indépendamment du statut administratif d’une personne.

RECOMMANDATION 4 : Intégrer des médiateurs interculturels roms en rue, dans les services de premières lignes relevant des différents secteurs de l’aide et des soins (social, santé, logement, aide à la jeunesse…) et au sein des institutions publiques (CPAS…).  La médiation interculturelle va bien au-delà de la simple traduction.  L’idée est de travailler avec des personnes issues de la communauté afin de lever les barrières culturelles, sociales, politiques, philosophiques… jalonnant les parcours d’inclusion sociale et de faire médiation avec la société et ses institutions (guidance, accompagnement).


Exemple : asbl DIOGENES (Bruxelles), le financement de "case-managers"

 

Aide à la vie quotidienne

 

RECOMMANDATION 5 : Investir dans des centres d’accueil de jour pour familles et adaptés à la culture Rom, proposant soutien sur mesure (permanences sociales, médicales, juridiques…) et activités adaptées au public Rom (cours d’alphabétisation, garderie d’enfants, classes passerelles, soutien administratif, information sur les droits et procédures…).

RECOMMANDATION 6 : Privilégier les chèques alimentaires plutôt que les colis alimentaires.

RECOMMANDATION 7 : Améliorer le fonctionnement des CPAS : prévoir la portabilité des dossiers, uniformiser les procédures, améliorer la qualification du personnel d’accueil, mettre en place des cellules roms avec prise en charge spécifique dans les CPAS les plus concernés (médiateurs interculturels, formation du personnel…).


Exemple : Cellule rom du CPAS de 1000 Bruxelles

 

RECOMMANDATION 8 : Renforcer les équipes de travail de rue pour aller proactivement à la rencontre des habitants de la rue roms, dans leurs lieux de vie, afin de leur proposer une écoute, un soutien et un accompagnement psychosocial global sur-mesure afin de favoriser l’inclusion sociale, l’accès aux droits et la reconstruction de liens sociaux. Inclure des médiateurs interculturels roms dans ces équipes.

RECOMMANDATION 9 : Renforcer les équipes de prévention afin de promouvoir le vivre ensemble et de veiller au développement de bonnes relations de coexistence entre les personnes roms en rue et les acteurs du contexte (commerçants, habitants du quartier, policiers, passants…). Inclure des médiateurs interculturels dans ces équipes.

Exemple : développer des projets de stabilisation dans le lieu de vie de la personne.

 

Logement et hébergement

 

RECOMMANDATION 10 : Promouvoir des projets de mises en logement temporaire gratuit permettant via une domiciliation et un accompagnement adéquat d’ouvrir des droits (travail, santé…) et d’accéder à un logement pérenne. 


Exemple : projet ISSUE (Bruxelles), expérimentation COHABS (Bruxelles).

 

RECOMMANDATION 11 : Mettre en place des programmes Housing First spécifiquement dédiés à l’accompagnement des personnes en statut de séjour précaire : gratuité du logement, accompagnement adapté et personnalisé en vue de la réouverture des droits…

RECOMMANDATION 12 : Prévoir le relogement effectif des personnes concernées par la fermeture d’un squat ou d’un campement.

RECOMMANDATION 13 : Augmenter le nombre de places non payantes dans les maisons d’accueil du secteur sans-abri afin de permettre à certaines familles de disposer d’alternatives à la rue, au squat et aux centres d’hébergement d’urgence. Ou créer des maisons d’accueil gratuites pour les familles sans revenu.

RECOMMANDATION 14 : Prévoir suffisamment de places d’accueil pour les familles dans les centres d’hébergement d’urgence. Avec prise en charge adaptée à la culture rom. Cela faciliterait également la scolarisation des enfants.

RECOMMANDATION 15 : Travailler à la mise en place de squats conventionnés répondant aux normes d’habitabilité.


Exemple : Febul (Bruxelles)

 

 

Emploi

 

RECOMMANDATION 16 : Promouvoir des projets favorisant l’accès à la formation et à l’emploi avec implication d’Actiris (à Bruxelles) et des CPAS (Article 60).


Exemple : le projet Rights First

 

RECOMMANDATION 17 : Développer des programmes de job coaching.


Exemple : HOBO (Bruxelles)

 

RECOMMANDATION 18 : Améliorer l’accompagnement professionnel de ce public (Actiris…).

 

Aide juridique

 

RECOMMANDATION 19 : Accueil et l’accompagnement juridique adaptés et spécialisés dans le droit de la famille et le droit des étrangers selon une approche holistique et pluridisciplinaire.


Exemple : asbl Casa Legal

 

RECOMMANDATION 20 : Simplifier les procédures pour l’obtention de documents officiels (Carte d'identité, auprès de consultats et ambassades…).

RECOMMANDATION 21 : Automatiser le droit à l’adresse de référence pour les migrants intra-européens afin de débloquer les situations administratives, l’accès à l’emploi et au marché du travail.

RECOMMANDATION 22 : Définition de critères clairs pour obtenir le droit de séjour sur base du travail.

RECOMMANDATION 23 : Raccourcir les délais pour obtenir un rdv au service communal des étrangers. 

RECOMMANDATION 24 : Revoir les critères d’octroi du RIS pour les migrants intra-européens ou prévoir un système de protection sociale au niveau européen.

RECOMMANDATION 25 : Augmenter la numérisation des services (généraliser l'acceptation des documents envoyé par email) tout en veillant à prendre des mesures visant à réduire la fracture numérique : fourniture de matériel informatique, formation, informaticiens publics.


Exemple : projet d’informaticien public de l’association Lire et Écrire (Bruxelles)

 

Santé

 

RECOMMANDATION 26 : Développer l’accès aux soins de santé pour ce groupe : soins médicaux adaptés (sur le plan linguistique et culturel), coopération internationale au sein de l’UE pour les personnes souffrant de graves problèmes de santé mentale…

RECOMMANDATION 27 : Automatiser l’AMU.

RECOMMANDATION 28 : À Bruxelles, prévoir un système de cartes médicales valables sur l’entièreté du territoire de la Région de Bruxelles-Capitales plutôt que sur le territoire communal.

RECOMMANDATION 29 : Étendre l’AMU aux postcures et aux Maisons de Soins Psychiatriques.

RECOMMANDATION 30 : Augmenter l’offre de Maisons médicales (trop souvent saturées).

 

Enseignement

 

RECOMMANDATION 31 : Transformer la lutte contre la mendicité des enfants en lutte pour la scolarisation. Aussi bien pour les enfants en âge scolaire que pour les enfants en âge d’aller à l’école maternelle.

RECOMMANDATION 32 : Étendre les classes passerelles et la médiation interculturelles à de nouvelles écoles.

RECOMMANDATION 33 : Prévoir la prise en charge intégrales des frais scolaires (en ce compris les frais indirects : repas, déplacements, voyages scolaires, matériel...)

RECOMMANDATION 34 : Mettre en place des équipes d’accompagnement afin d’orienter concrètement (physiquement) vers les écoles.

RECOMMANDATION 35 : Accueillir et inscrire les enfants à l’école à tout moment de l’année.

RECOMMANDATION 36 : Créer des structures d'accueil alternatives pour les enfants, adaptées à leurs besoins et tenant compte de leur milieu culturel.

RECOMMANDATION 37 : Travailler à l’amélioration des conditions de vie de la famille (logement, RIS, emploi, statut de séjour…) contribuera à doper la scolarisation.

RECOMMANDATION 38 : Sensibiliser les parents roms à l'importance de l'éducation et à l’obligation scolaire. Via les acteurs sociaux, locaux, judiciaires, du monde de l’enseignement... Avec implication des centres PMS et engagement de médiateurs interculturels.

 

Information, sensibilisation, concertation

 

RECOMMANDATION 39 : Informer et sensibiliser les personnes roms sur leurs droits et leurs devoirs (particulièrement en matière de santé et de scolarité).


Exemple du Centre Régional d’Intégration Foyer (Bruxelles)

 

RECOMMANDATION 40 : Créer des points d’appui pour les services et les institutions : information, formation, médiation, fonction de signal…  Former le personnel des administrations et des institutions publiques aux questions interculturelles.

RECOMMANDATION 41 : Développer les approches intersectorielles. Il est important que les services de travail de rue, les organisations de 1ière ligne, les médiateurs Rom, le secteur sans-abri, les écoles, les centres PMS, les services de l’Aide à la jeunesse et la Justice mènent ce travail en étroite collaboration et complémentarité.

Exemple : mise en place d'un projet intégré qui prenne en compte les différents aspects de la vie de la personne et propose un accompagnement longitudinal.

 

RECOMMANDATION 42 : Mise en place de plateformes locales ou régionales de concertation afin de favoriser les échanges d’expérience et la coordination des actions de terrain.

RECOMMANDATION 43 : Mise en place de conseils de Roms afin d’impliquer la communauté dans la formulation de recommandations et d’avis sur des thèmes soumis à son analyse ou dans le montage de projets spécifiques.

RECOMMANDATION 44 : Affiner la connaissance qualitative et quantitative sur ce public et ses évolutions.


Exemple : étude PRODEC (FEANTSA, Bruss’help, DIOGENES), recherche sur la mendicité à Bruxelles (KUL, Haute-École Odisee)…

 

RECOMMANDATION 45 : Financer des campagnes de sensibilisation visant à travailler la représentation des personnes roms dans l’opinion publique : déconstruction des préjugés et des stéréotypes véhiculés sur ces personnes.


Exemple : CALO, 22 sans-abri - YouTube